Dr Mark Trozzi

Honnête | Éthique | Médecin

Les enfants devraient être libérés maintenant et ne jamais recevoir d'injection de Covid

par le Dr Paul Alexander PhD et le Dr Mark Trozzi MD

Les enfants sont par nature très résistants à l'infection par les coronavirus pour de multiples raisons que nous allons aborder de manière concise ci-dessous.

Récepteurs de l'ACE 2

PremierComme le lecteur le sait peut-être, les coronavirus sont sphériques et possèdent de nombreuses protéines en forme de pointes qui dépassent de leur surface tout autour. Pour qu'un coronavirus puisse infecter une cellule humaine, ces protéines en pointe doivent d'abord se fixer à des récepteurs à la surface de la cellule, appelés récepteurs ACE2. Sans cette première étape d'attachement, le coronavirus ne peut pas infecter la cellule humaine. Les récepteurs ACE2 sont la faille que les coronavirus utilisent pour se fixer aux cellules humaines et initier l'infection.

Ces récepteurs ACE 2 ont une expression et une présence limitées (moindres) dans l'épithélium nasal des jeunes enfants ; cela explique en partie pourquoi les enfants sont moins susceptibles d'être infectés en premier lieu, ou de transmettre la maladie à d'autres enfants ou adultes, ou même de tomber gravement malades ; l'appareil n'est tout simplement pas là, comme l'ont signalé (1a) Patel et (1b) Bunyavanich.  

Immunité innée antivirale pré-activée

Deuxièmement, un autre mécanisme de la puissante résistance des enfants aux coronavirus est révélé dans une recherche récente (2) Août 2021 de Loske, qui approfondit encore notre compréhension. Cette recherche montre que l'immunité innée antivirale pré-activée dans les voies aériennes supérieures des enfants permet de mieux contrôler l'infection précoce par le SRAS-CoV-2. L'étude prouve que "les cellules immunitaires des voies respiratoires des enfants sont prêtes à détecter le virus, ce qui entraîne une réponse antivirale innée précoce à l'infection par le SRAS-CoV-2 plus forte que chez les adultes".

Immunité naturelle

Troisièmement, Contrairement à la pseudo-immunité non naturelle, dangereuse et moins efficace déclenchée par les injections expérimentales de covid-19 biologique (3), nous savons que l'immunité naturelle est très large et efficace. Cela signifie que, naturellement, nous sommes immunisés contre les nouveaux coronavirus en raison de l'exposition à d'autres coronavirus dans le passé. Cela est vrai même chez les jeunes enfants. Les coronavirus sont l'une des familles de virus à l'origine du "rhume". Même les petits enfants ont été exposés à divers rhumes avant le lancement du covid-19. Dans le cas des rhumes causés par des coronavirus, les enfants étaient peu malades en raison de la présence de faibles récepteurs ACE2 dans leurs narines et de leur immunité antivirale innée, mais cette exposition les a tout de même aidés à développer une immunité et des anticorps forts et larges contre les coronavirus. Cette immunité naturelle fonctionne même entre des coronavirus très différents. C'est l'une des raisons pour lesquelles les variantes tristement célèbres sont moins préoccupantes pour les personnes non injectées, qui ont une immunité naturelle.

Chez les enfants, cette large immunité naturelle au covid, grâce à des rhumes antérieurs, est démontrée par la recherche de (4) Yang qui a été publiée dans Science (mai 2021). Elle a montré que le sang examiné chez des enfants prélevés avant la pandémie de COVID-19, présentait des cellules B à mémoire qui peuvent se lier au SRAS-CoV-2. Cela indique le rôle puissant de l'exposition de la petite enfance aux coronavirus du rhume (coronavirus), qui leur confère une immunité renforcée contre le SRAS-CoV2 et ses variantes.

En d'autres termes, ces travaux soulignent l'importance des expansions clonales des cellules B de la petite enfance et de la réactivité croisée/protection croisée, dans les expositions et les réponses ultérieures à de nouveaux pathogènes, dont le SRAS-COV-2. Nous citons ici le travail du Dr Yang : "Conformément à la sérologie rapportée, les enfants pré-pandémiques présentaient des clones convergents à commutation de classe pour le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère avec une faible réactivité croisée à d'autres coronavirus... ces résultats soulignent l'importance des expansions clonales des cellules B de la petite enfance et de la réactivité croisée pour les réponses futures aux nouveaux pathogènes".

Les enfants sont moins susceptibles de propager le covid.

Quatrièmement, nous aimerions également attirer l'attention des lecteurs sur une recherche publiée dans le (5) Journal of Infection par Galow (avril 2021) qui a examiné les taux de transmission à domicile chez les enfants et les adultes. Ils ont rapporté qu'il n'y avait "aucune transmission d'une personne index < 18 ans à un contact domestique < 18 ans (0/7), mais 26 transmissions de cas index adultes à des contacts domestiques < 18 ans (26/71, SAR 0=37)". Ces résultats sont en accord avec les preuves que les enfants sont moins à risque de développer des cours de maladie sévère, et sont également beaucoup moins sensibles et susceptibles de propager et de conduire le SRAS-CoV-2 (6, 7, 8, 9).

En résumé

En résumé: Les enfants ont une présence minime de récepteurs ACE2 dans leurs voies aériennes supérieures ; ils ont de puissantes réponses immunitaires innées aux virus dans les voies aériennes supérieures ; ils ont une large immunité efficace contre le SRAS-CoV2 et ses variantes grâce à des expositions antérieures aux coronavirus ; et d'autres preuves démontrent que, de loin, ils ne transmettent pas le covid à d'autres personnes, même celles qui sont en contact étroit avec eux.

Ainsi, l'idée imposée aux enfants qu'en faisant des câlins ou en fréquentant leurs grands-parents, ils leur donneront du covide et provoqueront leur mort, est totalement infondée. Cette idée n'est rien d'autre qu'une partie de l'abus psychologique grave que nos enfants subissent depuis plus d'un an et demi maintenant. Nous devons y mettre fin dès maintenant. Les enfants n'ont besoin d'aucun masque, d'aucune distanciation antisociale, d'aucune limitation de leur vie, ils n'ont pas besoin d'obstructions faciales ou d'une distanciation contre nature de la part de leurs enseignants, et on devrait très certainement leur épargner les dangereuses injections expérimentales de nanoparticules génétiques.

Nous savons maintenant que même chez les personnes âgées, qui sont beaucoup plus sujettes à une maladie importante avec le covid-19, les injections tuent cinq fois plus qu'elles ne sauvent. (10) Chez les enfants, ce rapport s'élève à plus de cent. Imaginez que l'on décide de tuer plus de cent enfants pour chaque personne qui pourrait être sauvée. C'est ridicule ou diabolique. Arrêtez immédiatement ces injections !

Les injections doivent être arrêtées immédiatement, surtout chez les enfants.

Références

  • 1a.Patel AB, Verma A. Nasal ACE2 Levels and COVID-19 in Children. JAMA. 2020 Jun 16;323(23):2386-2387. doi : 10.1001/jama.2020.8946. PMID : 32432681.
  • 1b. Bunyavanich S, Do A, Vicencio A. Expression génétique nasale de l'enzyme 2 de conversion de l'angiotensine chez les enfants et les adultes. JAMA. 2020;323(23):2427–2429. doi:10.1001/jama.2020.8707
  • 2. Loske, J., Röhmel, J., Lukassen, S. et al.L'immunité innée antivirale pré-activée dans les voies aériennes supérieures contrôle l'infection précoce par le SRAS-CoV-2 chez les enfants. Nat Biotechnol(2021). https://doi.org/10.1038/s41587-021-01037-9
  • 3. M. Trozzi MD juin 2022 Covid "Vaccins", à quel point sont-ils dangereux ? https://drtrozzi.com/2021/06/covid-vaccines-how-dangerous-are-they/
  • 4. Yang F, Nielsen SCA, Hoh RA, Röltgen K, Wirz OF, Haraguchi E, Jean GH, Lee JY, Pham TD, Jackson KJL, Roskin KM, Liu Y, Nguyen K, Ohgami RS, Osborne EM, Nadeau KC, Niemann CU, Parsonnet J, Boyd SD. Shared B cell memory to coronaviruses and other pathogens varies in human age groups and tissues. Science. 2021 May 14;372(6543):738-741. doi : 10.1126/science.abf6648. Epub 2021 Apr 12. PMID : 33846272 ; PMCID : PMC8139427.
  • 5. Galow L, Haag L, Kahre E, Blankenburg J, Dalpke AH, Lück C, Berner R, Armann JP. Taux de transmission à domicile du SRAS-CoV-2 plus faibles chez les enfants que chez les adultes. J Infect. 2021 Jul;83(1):e34-e36. doi : 10.1016/j.jinf.2021.04.022. Epub 2021 Apr 28. PMID : 33930468 ; PMCID : PMC8079264.
  • 6. Koh WC, Naing L, Chaw L, Rosledzana MA, Alikhan MF, Jamaludin SA, Amin F, Omar A, Shazli A, Griffith M, Pastore R, Wong J. Que savons-nous de la transmission du SRAS-CoV-2 ? Un examen systématique et une méta-analyse du taux d'attaque secondaire et des facteurs de risque associés. PLoS One. 2020 Oct 8;15(10):e0240205. doi : 10.1371/journal.pone.0240205. PMID : 33031427 ; PMCID : PMC7544065.
  • 7. Viner RM, Mytton OT, Bonell C, Melendez-Torres GJ, Ward J, Hudson L, Waddington C, Thomas J, Russell S, van der Klis F, Koirala A, Ladhani S, Panovska-Griffiths J, Davies NG, Booy R, Eggo RM. Susceptibilité à l'infection par le SRAS-CoV-2 chez les enfants et les adolescents par rapport aux adultes : A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Pediatr. 2021 Feb 1;175(2):143-156. doi : 10.1001/jamapediatrics.2020.4573. Erratum dans : JAMA Pediatr. 2021 Feb 1;175(2):212. PMID : 32975552 ; PMCID : PMC7519436.
  • 8. Jung J, Hong MJ, Kim EO, Lee J, Kim MN, Kim SH. Investigation of a nosocomial outbreak of coronavirus disease 2019 in a paediatric ward in South Korea : successful control by early detection and extensive contact tracing with testing. Clin Microbiol Infect. 2020 Nov;26(11):1574-1575. doi : 10.1016/j.cmi.2020.06.021. Epub 2020 Jun 25. PMID : 32593744 ; PMCID : PMC7315989.
  • 9. Wongsawat J, Moolasart V, Srikirin P, Srijareonvijit C, Vaivong N, Uttayamakul S, Disthakumpa A. Risk of novel coronavirus 2019 transmission from children to caregivers : A case series. J Paediatr Child Health. 2020 Jun;56(6):984-985. doi : 10.1111/jpc.14965. PMID : 32567772 ; PMCID : PMC7361585.
  • 10. Pourquoi vaccinons-nous les enfants contre le COVID-19 ? Ronald N.Kostoff, Daniela Calina, Darja Kanduc, Michael B.Briggs, Panayiotis Vlachoyiannopoulose, Andrey A.Svistunov, et AristidisTsatsakisg https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S221475002100161X?via%3Dihub

Boutons de partage

Télégramme
Courriel :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Imprimer

Bulletin d'information

Soyez le premier à être informé lorsque le Dr. Trozzi publie du contenu. L'inscription à notre newsletter est gratuite, et vous pouvez vous désinscrire ou modifier vos paramètres de notification à tout moment.


En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des courriels de marketing de la part de : Trozzi, RR2, Bancroft, ON, K0L 1C0, https://drtrozzi.com/. Vous pouvez révoquer votre consentement à recevoir des e-mails à tout moment en utilisant le lien SafeUnsubscribe®, qui se trouve au bas de chaque e-mail. Les courriels sont gérés par Constant Contact
fr_FRFrançais