Dr Mark Trozzi

Honnête | Éthique | Médecin

Recherches nanotechnologiques sur les "vaccins" Covid-19.

Livre blanc sur la composition des "vaccins

Auteur anonyme : The Scientists' Club

Introduction

La nouvelle pandémie de Covid-Sars2 a incité les industries à développer de nouveaux médicaments qu'elles ont appelés vaccins. Le mécanisme d'action de ces nouveaux médicaments, tel qu'il a été déclaré par les industries pharmaceutiques et tel qu'il figure dans la fiche technique des produits, était suffisamment clair pour que les scientifiques comprennent que ces produits ne sont pas des vaccins mais des médicaments nanotechnologiques fonctionnant comme une thérapie génétique.

Le nom de "vaccin" est probablement un escamotage utilisé pour des raisons bureaucratiques afin d'obtenir une approbation urgente, dribblant ainsi toutes les règles normales nécessaires pour les nouveaux médicaments, en particulier pour ceux qui impliquent de nouveaux mécanismes nanotechnologiques, jamais expérimentés auparavant. Tous ces "vaccins" sont brevetés, et leur contenu réel est tenu secret, même pour les acheteurs, qui, bien sûr, utilisent l'argent des contribuables. Ainsi, les consommateurs (les contribuables) n'ont aucune information sur ce qu'ils reçoivent dans leur corps. Ils sont tenus dans l'ignorance des processus nanotechnologiques impliqués, des effets secondaires sur le corps, mais surtout des éventuelles nano-bio-interactions qui peuvent se produire.

 

La présente étude, par des analyses directes sur quelques "vaccins" au moyen d'instruments nanotechnologiques, fournit des informations sur leur contenu réel.

Matériaux et méthodes

Quatre "vaccins" ont été analysés et développés pour la maladie du virus Corona (Comirnaty de Pfizer-BioNtech, Vaxzevria d'Astrazeneca, Janssen de Johnson & Johnson).Moderna) en utilisant différentes instrumentations et protocoles de préparation selon de nouvelles approches nanotechnologiques.

Un microscope optique, un microscope à fond noir, un spectroscope d'absorption et de fluorescence UV, un microscope électronique à balayage, un microscope électronique à transmission, un spectroscope à dispersion d'énergie, un diffractomètre à rayons X et des instruments de résonance magnétique nucléaire ont été utilisés pour vérifier la morphologie et le contenu des "vaccins". Pour les mesures de haute technologie et le soin de l'enquête, tous les contrôles ont été activés, et des mesures de référence adoptées afin d'obtenir des résultats validés.

En raison de la brièveté du texte, certaines mesures ne sont pas rapportées ici.

Les analyses ont permis de vérifier la morphologie du contenu des échantillons et leur composition chimique. Les images suivantes montrent de manière objective ce que l'instrumentation détecte.

La figure 1 montre les liposomes que Pfizer utilise pour son produit afin de véhiculer les molécules d'ARN à l'intérieur des cellules. Les images ont été obtenues par une préparation SEM-Cryo.

Les échantillons réfrigérés ont été traités dans des conditions stériles, en utilisant une chambre à flux laminaire et du matériel de laboratoire stérilisé. Les étapes des analyses ont été les suivantes :

 

  1. Dilution dans du sérum physiologique stérile 0,9% (0,45 ml + 2 ml)
  2. Fractionnement par polarité : 1,2 ml d'hexane + 120 ul d'échantillon RD1 3. Extraction de la phase aqueuse hydrophile
  3. Balayage de l'absorbance UV et de la spectroscopie de fluorescence
  4. Extraction et quantification de l'ARN dans l'échantillon
  5. Microscopie électronique et optique de la phase aqueuse

 

Les observations au microscope à fond noir du produit des gouttes Pfizer ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène.

Microscopie optique

Des images de la fraction aqueuse de ont ensuite été obtenues par voie optique pour évaluer visuellement la présence éventuelle de graphène. Les observations au microscope optique de ont révélé une abondance d'objets transparents 2D laminaires qui présentent une grande similitude avec les images de la littérature (Xu et al, 2019), et avec les images obtenues à partir du standard rGO (SIGMA)(Figures 2a,b). Des images de grandes feuilles transparentes de taille et de formes variables ont été obtenues, montrant des formes ondulées et plates, irrégulières. Des feuilles plus petites de formes polygonales, également similaires aux flocons décrits dans la littérature (Xu et al, 2019) peuvent être révélées avec la microscopie à fond noir (Fig 2c). Tous ces objets laminaires étaient répandus dans la fraction aqueuse de l'échantillon et aucun composant décrit par le brevet déposé ne peut être associé à ces feuilles.

Fig 2a. Image de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique, 100X
Figure 2b. Images de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) par sonication (Sigma-777684). Microscopie optique, 600X
Figure 2c. Images de la fraction aqueuse de l'échantillon "vaccin" de Pfizer. Microscopie à fond noir, 600X

La présence de graphène dans le "vaccin" Pfizer est confirmée par les observations SEM et TEM.

La figure 3 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées. Le spectre EDS indique la présence de carbone, d'oxygène et de chlorure de sodium puisque le produit est dilué dans une solution saline.
Fig.3 b Spectre EDS d'un "vaccin" Pfizer sous un microscope ESEM couplé à une microsonde à rayons X EDS (axe X =KeV, axe Y =Comptes)

Microscopie à transmission électronique

Dans la figure 2d, nous montrons des images TEM de la fraction aqueuse de l'échantillon, montrant une grande similarité avec les images TEM d'oxyde de graphène de la littérature (Choucair et al, 2009). On peut observer une matrice ou un maillage complexe de feuilles flexibles translucides pliées, avec un mélange d'agglomérations multicouches plus sombres et de monocouches dépliées de couleur plus claire. Des zones linéaires plus sombres apparaissent en raison du chevauchement local des feuilles et de la disposition locale des feuilles individuelles parallèlement au faisceau d'électrons. Après la maille, une forte densité de formes claires arrondies et elliptiques non identifiées apparaît, correspondant peut-être à des trous générés par le forçage mécanique de la maille pendant le traitement.

Nous montrons ici 3 images avec un grossissement progressif :

Les figures 4a et 4b montrent une observation au microscope TEM où des particules de graphène sont présentes dans un "vaccin" Pfizer. La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines à base de carbone.

Fig. 4a. Fraction aqueuse de l'échantillon de ComirnatyTM. Microscope électronique (TEM), JEM-2100Plus, à 200 kV

Pour une identification définitive du graphène par TEM, il est nécessaire de compléter l'observation par la caractérisation structurelle en obtenant un échantillon standard caractéristique par diffraction d'électrons (comme le montre la figure b ci-dessous). L'échantillon standard correspondant au graphite ou au graphène a une symétrie hexagonale, et présente généralement plusieurs hexagones concentriques.

Fig. 4b Représentation par diffraction des rayons X des particules de graphène.

La quantification de l'ARN dans l'échantillon a été effectuée selon les protocoles classiques (Fisher). D'après NanoDropTM 2000 (Thermofisher), le spectre d'absorption UV de la fraction aqueuse totale a été corrélé à 747 ng/ul de substances absorbantes inconnues. Cependant, après l'extraction de l'ARN avec un kit commercial (Thermofisher), la quantification avec la sonde de fluorescence Qbit spécifique à l'ARN (Thermofisher) a montré que seulement 6t ug/ul pouvaient être liés à la présence d'ARN. Le spectre était compatible avec le pic du rGO à 270nm. D'après les images microscopiques présentées ici, la majeure partie de cette absorbance pourrait être due à des feuilles de type graphène, abondantes en suspension dans l'échantillon. Cette thèse a été étayée par une fluorescence élevée de l'échantillon avec un maximum à 340 nm, en accord avec les valeurs du pic du GO. Il faut rappeler que l'ARN ne présente pas de fluorescence spontanée sous exposition aux UV.

Fig. 5. Spectre UV de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer.

Références pour la préparation 1,2,3

Fluorescence UV de la fraction aqueuse

Figure 6. Spectres de fluorescence UV de la fraction aqueuse du flacon de ComirnatyTM. Longueur d'onde d'excitation : 300 nm.

Les spectres d'absorption UV et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximal à 270 nm, compatible avec la présence de rGO. Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Fig.7 La spectroscopie UV a montré une adsorption qui peut être due à la présence de graphène, cela est confirmé par l'observation au microscope visible ultraviolet.

Les images suivantes montrent différentes particules identifiées dans les "vaccins" Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Janssen analysées sous un microscope électronique à balayage environnemental couplé à une microsonde à rayons X d'un système dispersif en énergie qui révèle la nature chimique des débris observés.

La figure 8 montre un corps étranger étrange, sûrement fabriqué avec des trous étranges sur la surface. Les débris blancs sont composés de carbone, oxygène, aluminium, silicium, calcium, magnésium, chlore et azote.

Le corps de 50 microns de long est une présence mystérieuse dans un vaccin. Il pourrait s'agir d'un parasite trypanosomien.

La figure 9 montre un débris pointu de 20microns de longueur identifié dans un "vaccin" Pfizer. Il est composé de Carbone, Oxygène, Chrome, Soufre, Aluminium, Chlorure, Azote.
La figure 10 montre des débris identifiés dans un "vaccin" Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de Bismuth, Carbone, Oxygène, Aluminium, Sodium, Cuivre, Azote.
La figure 11 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de Bismuth-Titanium-Vanadium-Fer-Cuivre-Silicium-Aluminium incorporées dans le "vaccin" Pfizer.
La figure 12 montre un agrégat de nanoparticules de fer-chrome-nickel (acier inoxydable) incorporées dans un "vaccin" d'Astrazeneca.
La figure 13 montre un agrégat organique-inorganique identifié dans un "vaccin" de Janssen. Les particules sont composées d'acier inoxydable et sont collées ensemble avec une "colle à base de carbone".

Cet agrégat est magnétique et peut déclencher des problèmes biologiques dans la circulation sanguine en raison d'interactions possibles avec d'autres dipôles.

La figure 14 montre une autre entité mixte (organique-inorganique) identifiée dans un "vaccin" Moderna. Il s'agit d'un substrat à base de carbone dans lequel sont intégrées des nanoparticules. Ces nanoparticules sont composées d'aluminium, de cuivre, de fer et de chlore.
La figure 15 montre une analyse effectuée sur un "vaccin" Moderna. De nombreux corps étrangers ont été identifiés, de morphologie sphérique avec quelques cavités en forme de bulles. Ils sont composés de Silicium-Plomb-Cadmium-Sélénium. Cette composition hautement toxique rappelle celle des points quantiques (séléniure de cadmium).
Fig. 16 L'analyse d'un "vaccin" Moderna montre une entité de 100 microns qui rappelle celle du graphène. Elle est composée de carbone et d'oxygène avec une contamination d'azote, de silicium, de phosphore, de chlore.
La figure 17 montre des entités à base de carbone dans un "vaccin" Moderna mélangé à des agrégats remplis de particules de silicate d'aluminium.

D'autres analyses effectuées à l'aide d'un instrument XRF (fluorescence X) révèlent la partie organique dont est composé le "vaccin" d'Astrazeneca.

Fig. 18 : Spectre 1H du vaccin AstraZeneca. Des couleurs différentes sont utilisées pour les quatre molécules identifiées à l'aide de spectres de référence. La concentration relative est calculée sur les intégrales des signaux de référence pour les molécules dans un spectre quantitatif acquis avec un rapport cyclique de 5 secondes, car le T1 calculé le plus long était de 5 secondes. Grâce à l'instrumentation XRF, les molécules suivantes ont été identifiées : histidine, saccharose, PEG (polyéthylène glycol) et alcool éthylique. Seule la présence de PEG est déclarée dans la fiche technique de ce "vaccin".

Discussion

Les "vaccins" analysés présentent des composants qui ne sont pas mentionnés dans la fiche technique et dont la présence ne semble pas avoir de rapport avec le concept de vaccin. Comme ils ne sont pas inclus dans la documentation présentée aux organismes gouvernementaux (FDA, EMA, etc.) pour l'approbation légale visant la commercialisation et l'utilisation humaine, ils semblent être une contamination probablement due au processus industriel de fabrication. Il semble que personne n'ait contrôlé le produit final avant sa distribution. Cela signifie que les consommateurs ne sont pas informés du contenu réel des produits. Les éventuels effets secondaires peuvent être dus à l'injection de ces contaminants dans l'organisme. Il faut noter que les composants qui ne sont pas déclarés mais que nous

 

identifiés ne sont pas biocompatibles et certains ont également un impact mécanique une fois qu'ils sont dans la circulation sanguine, notamment au contact de l'endothélium vasculaire.

Les entités présentes dans les "vaccins" de Pfizer et Astrazeneca, identifiées par les images ESEM, peuvent représenter un risque pour le corps humain. Elles peuvent être responsables de la formation de thrombus, puisqu'elles sont thrombogènes. Un autre risque est représenté par l'extravasation des particules avec une possible hémorragie qui s'ensuit. Une fois dans la circulation sanguine, les particules peuvent également être transportées vers le cerveau. Dans ce cas, le patient peut souffrir d'un accident vasculaire cérébral et/ou d'une hémorragie cérébrale. Si la lésion de l'endothélium causée par les particules se produit dans le cœur, il y a une forte probabilité de contracter une myocardite. En plus de tout cela, la toxicité du graphène est bien connue.

La présence de corps étrangers organiques-inorganiques non biocompatibles dans la circulation sanguine peut être à l'origine d'une nano-bio-interaction susceptible d'induire de graves problèmes de santé.

Références

Bano, I. et al , 2019. Exploration des propriétés de fluorescence de l'oxyde de graphène réduit avec des performances de dispositif accordables,Diamond and Related Materials,Volume 94,59-64,ISSN 0925- 9635,https://doi.org/10.1016/j.diamond.2019.02.021.

Biroju, Ravi & Narayanan, Tharangattu & Vineesh, Thazhe Veettil. (2018). Nouvelles avancées en électrochimie 2D-Catalyse et détection. 10.1201/9781315152042-7.

Choucair, M., Thordarson, P. & Stride, J. Gram-scale production of graphene based on solvothermal synthesis and sonication. Nature Nanotech 4, 30-33 (2009). https://doi.org/10.1038/nnano.2008.365

Kim et al, Voir des feuilles à base de graphène, Materials Today,Volume 13, Issue 3,2010,Pages 28- 38,ISSN 1369-7021,https://doi.org/10.1016/S1369-7021(10)70031-6

Xu et al, (2019) Identification de l'oxyde de graphène et de ses caractéristiques structurelles dans les solvants par microscopie optique, RSC Adv., 9, 18559-18564.

Boutons de partage

Télégramme
Courriel :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Imprimer

Bulletin d'information

Soyez le premier à être informé lorsque le Dr. Trozzi publie du contenu. L'inscription à notre newsletter est gratuite, et vous pouvez vous désinscrire ou modifier vos paramètres de notification à tout moment.


En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des courriels de marketing de la part de : Trozzi, RR2, Bancroft, ON, K0L 1C0, https://drtrozzi.com/. Vous pouvez révoquer votre consentement à recevoir des e-mails à tout moment en utilisant le lien SafeUnsubscribe®, qui se trouve au bas de chaque e-mail. Les courriels sont gérés par Constant Contact
fr_FRFrançais