La variante delta est le dernier outil de peur utilisé pour justifier les campagnes d'injection criminelle.

Co-rédigé par le Dr Paul Alexander, PHD et le Dr Mark Trozzi, MD

Introduction

De nombreux politiciens et têtes parlantes parlent de la variante delta du virus CoV2 du SRAS. Ils prétendent qu'elle est plus contagieuse et plus dangereuse. Dans cet article, nous examinerons des données provenant d'Israël et du Royaume-Uni, afin de révéler certaines vérités sur la variante delta.

Avant d'examiner ces données, rappelons que le terme "affaire" est utilisé à tort et à travers. Il ne s'agit pas de cas. Pour qu'il y ait un vrai cas, il faut que la personne soit malade et présente des symptômes, et qu'elle ait peut-être besoin d'un traitement. Ces soi-disant "cas" de covidie sont comptabilisés à l'aide du faux test RT-PCT, vicié et corrompu, dont le seuil de cycle est de 45. Les médias, les politiciens, les grandes entreprises pharmaceutiques et d'autres éléments de la CCE (Criminal Covid Enterprise) utilisent le terme "cas" pour vous embrouiller. Ce qu'ils appellent un "cas" n'est qu'un test PCR positif ; il s'agit le plus souvent de tests faussement positifs. Presque personne n'est malade.

Les données présentées dans les graphiques et tableaux suivants montrent à quel point la variante delta n'est pas mortelle. Avec elle, les "cas" augmentent, mais pas les décès. C'est la plus faible de toutes les autres variantes en termes de létalité. Les auteurs estiment que nous devrions l'adopter, être infectés par elle de manière inoffensive et naturelle. En attendant, pour les très rares personnes qui en sont atteintes, nous disposons de protocoles de traitement précoce efficaces, dont l'ivermectine.

Graphique 1

Graphique 1 : Royaume-Uni PCR- "Cas" et décès dans le temps. Les décès augmentent avec les "cas" lors des deux dernières "vagues", mais pas maintenant (juin, juillet 2021 "vague de la variante Delta"). Les cas augmentent, mais il n'y a pas d'augmentation des décès. La "vague delta" est très légère ; elle provoque très peu de maladies. Il s'agit probablement de la propriété évolutive virale normale qui consiste à se fondre dans le biome et à devenir bénigne ; d'où le vieux dicton : "la saison froide est terminée".

Graphique 2

Graphique 2. Graphique similaire pour Israël, plus tôt dans la courbe mais avec un schéma similaire : augmentation des cas, mais pas des décès.
Par chance et pour l'instant, cette variante delta n'est probablement pas le produit de la sélection médiée par les anticorps. La SMA est un processus par lequel les victimes d'une injection deviennent des hôtes au sein desquels des variants évoluent et se développent. Ces variants sont particulièrement susceptibles de provoquer des maladies chez eux et chez d'autres personnes injectées. Les variantes de la sélection médiée par les anticorps devraient se développer chez les victimes d'injections, par le biais de légères mutations génétiques qui permettent au virus de contourner les anticorps non naturels étroitement actifs présents chez les victimes. Les anticorps sous-optimaux et étroitement actifs sont produits en réponse aux glycoprotéines de pointe induites par la thérapie génique. Nous prévoyons que ces variantes seront particulièrement capables de provoquer des maladies chez les victimes d'injection en raison de leur immunité affaiblie, notamment en ce qui concerne les coronavirus. Nous pensons qu'il s'agit là de la véritable préoccupation concernant les variants.

L'immunité naturelle est large et fonctionne à travers diverses variantes, donc les personnes non injectées devraient s'en sortir à cet égard.

Il ne faut donc pas se laisser abuser en blâmant les personnes qui n'ont pas été injectées. Quand et si des variantes dangereuses semblent arriver, nous prédisons que ce sera l'immunité affaiblie des coronavirus due aux injections qui engendrera également les variantes chez les victimes des injections.

Nous ne devons pas non plus abandonner les victimes d'injections ; au contraire, nous recherchons des moyens de traiter les vagues complexes et la variété des effets indésirables graves de ces injections, ainsi que l'arrêt immédiat de toutes les injections obligatoires ou forcées et autres violations des droits de l'homme !

Ensuite, nous voyons dans le graphique 3 ci-dessous qu'au Royaume-Uni, au fur et à mesure de l'émergence de la variante delta, les "cas" de variante delta confirmés par séquençage génétique ont augmenté (zone violette sous la courbe), mais les hospitalisations (ligne verte) ont diminué et sont restées en baisse. Si l'on considère également que les soins intensifs et les décès accusent généralement un retard de 2 à 3 semaines par rapport aux "cas", la ligne noire pour ces résultats diminue également dans cette "vague delta".

Graphique 3

Graphique 3. Une fois encore, nous constatons que la variante delta fait probablement partie de la progression naturelle d'un virus vers une présence bénigne dans le biome. En d'autres termes, "cette saison froide est derrière nous maintenant". La variante delta bénigne se propage de manière inoffensive dans la communauté, peut conférer une large immunité contre le coronavirus aux quelques personnes qui en ont encore besoin, tout en ne causant que peu ou pas de maladies. En effet, nous "l'adoptons". Comme le Dr Hodkinson nous a encouragés : "Retournez à la vie BC (avant le covid)."

Dans le tableau 1 ci-dessous, les statistiques de différentes variantes de covid 19 sont présentées, et les taux de létalité "cas" sont calculés pour chacune d'elles. La variante delta présente de loin la létalité la plus faible, à 0,1%. Des données plus récentes montrent le même modèle où la létalité de la variante delta est très inférieure. 

Tableau 1

Tableau 1 : La variante delta est de loin la moins létale. Elle représente environ 1/20ème de la létalité de la variante alpha du covid 19 original, qui avait elle-même un taux de létalité qui ne justifiait pas réellement la définition traditionnelle d'une "pandémie".

Graphique 4

Graphique 4 : Dans la "deuxième vague", les "cas" et les décès augmentent ensemble. Dans ce que l'on appelle la "troisième vague" ou "vague delta", les "cas" augmentent, mais pas les décès. Encore une fois, cela démontre que la variante delta est très faible en termes de maladie ; c'est un virus qui s'éteint en tant que cause de maladie ; une saison froide est passée. Les gens devraient retourner à leur vie normale, demander justice et ne plus jamais laisser de tels abus se reproduire.


En attendant, nous devons maintenant faire face à une crise sanitaire très réelle et grave : le nouveau flot de maladies et de décès iatrogènes parmi les victimes des campagnes d'injection illégales.

 

À cet égard, nous devons maintenant nous rendre compte que les CCE sont des menteurs invétérés. Nous devons éviter une nouvelle couche de tromperie. Nous devons voir la chaîne correcte des causes et des effets et ne pas nous laisser berner. Les injections sont la cause d'une grande partie des maladies graves qui existent et qui vont apparaître. Cela comprend d'abord à court terme : l'empoisonnement aux protéines de pointe (coagulation du sang et maladies dans tous les organes portant des récepteurs ACE2) ; ensuite, à moyen terme : le début de l'amélioration dépendante des anticorps ; et enfin, à long terme : les maladies auto-immunes, l'infertilité, les troubles neurodégénératifs, et plus encore.

 

Enfin, dans le tableau 2 ci-dessous, comparez l'incidence de la positivité du test PCR delta covid 19 en Israël entre les individus injectés et non injectés.

Tableau 2

Tableau 2 : Ce tableau montre qu'en Israël, pour tous les âges sauf les extrêmes de quatre-vingts ans et plus, les victimes d'injection sont plus susceptibles d'être des "cas d'onde delta", que les personnes qui n'ont pas été injectées.

Résumé

Bien que nous soyons préoccupés par les variantes sélectionnées à médiation par anticorps résultant des injections, et qui sont dangereuses spécifiquement pour les victimes des injections, la variante delta n'est pas cela.

La variante delta est la plus bénigne de toutes les variantes, n'étant que 5 % aussi létale que la variante alpha de covid-19 qui elle-même ne justifiait pas une définition mathématique traditionnelle de "pandémie".

La variante delta n'est pas une raison pour pousser plus de victimes dans les campagnes d'injection. C'est plutôt le contraire.

Ni la variante delta ni la soi-disant "pandémie de covid-19" ne sont la "faute" des personnes bénies, chanceuses ou sages qui ont réussi à échapper aux dangereuses campagnes d'injection forcée.

Les campagnes d'injection doivent être arrêtées immédiatement et les crimes de l'entreprise covide doivent être poursuivis.

Sources

Boutons de partage

Télégramme
Courriel :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Imprimer

Bulletin d'information

Soyez le premier à être informé lorsque le Dr. Trozzi publie du contenu. L'inscription à notre newsletter est gratuite, et vous pouvez vous désinscrire ou modifier vos paramètres de notification à tout moment.


En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des courriels de marketing de la part de : Trozzi, https://drtrozzi.com/. Vous pouvez révoquer votre consentement à recevoir des e-mails à tout moment en utilisant le lien SafeUnsubscribe®, qui se trouve au bas de chaque e-mail. Les courriels sont gérés par Constant Contact

Nos alliés

fr_FRFrançais